Utiliser les Anchor Links pour obtenir des liens sitelink sur Google

ancres HTML et sitelinks sur Google

Les Anchor links n’ont à priori aucun intérêt pour le SEO. Et pourtant, ces liens peuvent bel et bien vous permettre d’obtenir plus de visibilité sur les pages de résultats de Google.

En effet, bien que les URLs avec dièse qu’ils engendrent ne sont pas censées être indexées par Google, elles peuvent se retrouver comme liens sitelink sous vos résultats sur Google.

Qu’est-ce qu’un lien d’ancrage ?

Un lien d’ancrage, mieux connu sous le nom anglais d’”Anchor link”, sert à diriger l’usager vers une section spécifique au sein d’une page. Comme son nom l’indique, il fait référence à une ancre présente dans le contenu de cette dernière.

<a href=”#ancreUne”>Ceci est une ancre</a>

<p id=”ancre-une”>Ceci est un paragraphe.</p>

Dans l’exemple ci-dessus, le lien (balise HTML <a>) pointe vers l’id “ancreUne” qui est propre au paragraphe (balise HTML <p>) qui contient la phrase “Ceci est un paragraphe.”. En cliquant sur celui-ci, vous arriverez sur le paragraphe en question. Rien de plus simple !

Ces ancres améliorent l’expérience utilisateur et sont souvent utilisées pour des retours vers le haut de page ou des tables des matières.

Est-ce que Google indexe les liens avec des # ?

Non, Google n’indexe pas les pages dont l’URL comporte un dièse (ou un “carré”, comme on dit au Québec). C’est d’ailleurs un truc parfois utilisé par les spécialistes SEO lorsqu’ils ne veulent pas que certaines pages soient indexées.

Si vous regardez le contenu de votre sitemap, vous ne devriez voir aucune URL avec une ancre.

Mais alors, pourquoi remarquons que certains liens avec un # se retrouvent parfois dans la Google Search Console (et même dans l’index de Google) ?

les ancres dans Google Search Console

Pourquoi vos Anchor Links se retrouvent dans Google Search Console

Il arrive de voir des URLs avec une ancre indexées dans Google, mais c’est rare, et encore une fois, cela ne devrait pas arriver.

Par contre, il est normal que ces pages finissent dans la section Performances de votre propriété Google Search Console. Et si c’est le cas, cela signifie qu’elles sont utilisées comme liens sitelink par Google.

Pour vérifier si votre site est concerné (si vous utilisez des liens d’ancrage, bien entendu), allez dans l’onglet Performances de la Search Console, puis cliquez sur +Nouveau, puis Pages, et ajoutez le filtre URL contenant “#”. Choisissez les données des 16 derniers mois, cela maximisera vos chances de voir quelque chose.

comment n'afficher que les URLs ancres dans Google Search Console

Vous pourrez consulter le nombres de clics, les impressions, le CTR et la position moyenne de ces pages, comme vous le feriez en temps normal.

Si vous observez quelque chose, vérifiez d’abord que ces pages (disposant d’URLs avec ancres) utilisent bien une balise canonique pointant vers leurs pages d’origines.

Ex :

https://www.demos.cool est la page où se trouve le lien d’ancrage.

Ce dernier va engendrer cette URL :

https://www.demos.cool est la page où se trouve le lien d’ancrage.

Ce dernier va engendrer cette URL :

https://www.demos.cool/#on-aime-les-demosLa balise canonical de cette page devrait pointer vers https://www.demos.cool et ressembler à cela : <link rel=”canonical” href=”https://www.demos.cool” />.

La balise canonical de cette page devrait pointer vers https://www.demos.cool et ressembler à cela : <link rel=”canonical” href=”https://www.demos.cool” />.

Pour analyser cela de votre côté, ouvrez le code source de votre page et cherchez la balise canonical. Notons que si vous utilisez l’extension Yoast SEO sur WordPress, cela devrait se faire automatiquement.

Le rel=”canonical” permet de spécifier à Google que la page qui l’utilise est une duplication de celle vers laquelle il pointe et que seul cette dernière devrait être indexée.

Autre point : vous pouvez aussi aller voir dans Google Analytics si ces pages disposant d’URLs avec ancres ont reçu du trafic. Si c’est le cas, c’est qu’elles sont utilisées comme sitelinks (et/ou que vous avez créé des pages vues virtuelles pour ces URLs).

Les liens d’ancrage comme liens sitelink

Si Google juge que vos ancres de liens sont pertinentes, celles-ci peuvent être utilisées comme liens sitelink pour compléter votre résultat.

Il s’agit d’un vrai avantage compétitif, car cela va vous permettre d’avoir plus de visibilité et d’offrir davantage d’options aux usagers, le tout avec un seul résultat organique.

Est-ce que ces liens vous pénalisent dans les résultats de recherche ?

Si vous utilisez des balises rel=”canonical” comme spécifié plus haut, non. Au contraire, cela vous permettra d’obtenir plus de visibilité sans efforts additionnels. Et dans le cas d’annieanywhere.com, montré en exemple ici, on a retrouvé des liens sitelink issus de l’ancrage pour des résultats en première position, preuve qu’aucune pénalité n’existe.

Le seul point négatif que nous observons est que les URL avec # peuvent polluer la lecture de vos données dans la Google Search Console. Il est toutefois toujours possible d’utiliser un filtre pour les ignorer. 

Automatiser la création d’Anchor links grâce à une extension

Si vous utilisez WordPress, il est possible de créer des tables des matières automatiquement sur chacune des pages de votre site web grâce à une extension comme Table of Contents Plus.

Ce plug-in utilise les titres de niveaux pour créer des ancres.

Attention : une fois que vous avez créé ces liens d’ancrage, vous pourriez engendrer des erreurs 404 si vous décidez de les supprimer, dans quel cas il ne faudra pas oublier de faire des redirections permanentes (301) !

Conclusion…

Si vous voyez des URL avec ancres dans vos données issues de la Google Search Console, ne paniquez pas ! Effectuez les quelques vérifications listées au sein de cet article pour écarter tout risque de duplication de contenu. Si tout vous semble être en ordre, utilisez ces Anchor links pour tenter d’améliorer vos taux de clics depuis les résultats des moteurs de recherche en optimisant l’utilisation de vos ancres.