Communiquer correctement le contenu sponsorisé pour éviter les problèmes avec Google

gérer le contenu sponsorisés sans être pénalisé par Google

En raison de mon expérience dans le domaine du référencement, je suis toujours au courant des dernières directives de Google et des changements d’algorithme. J’ai travaillé à la refonte de sites Web touchés par les algorithmes de Google. Je sais à quoi ça ressemble les chutes libres de trafic et à quel point c’est dur de s’en remettre. En conséquence, je suis bien placée pour vous expliquer le risque que comporte une pénalité de Google si vous ne respectez pas les directives concernant le contenu sponsorisé. En gros, si vous êtes victime de spam et que vous faites des choses louches sur votre blog, Google risque de le remarquer et de vous pénaliser.

Il ne faut pas croire tout ce que Google annonce mais je vous conseille de suivre leurs consignes en matière de contenu sponsorisé

On va parler aux blogueurs qui sont contactés par des marques ou des agences pour des collaborations ou des tests de produits. Donc si vous êtes un blogueur et que vous recevez occasionnellement des produits gratuits d’une entreprise, écoutez bien ! Google sévit contre les blogueurs qui reçoivent des produits gratuits ou qui sont payés pour écrire un article sponsorisé et ne le divulguent pas correctement.

Pourquoi est-ce que c’est si important ?

l'importance de suivre les instructions de Google pour les liens sponsorisés

Tout d’abord, il est illégal d’approuver un produit sans respecter les directives mises en place par vos gouvernements respectifs. Par exemple, la FTC aux États-Unis a des consignes strictes en matière de promotion de produits sur les réseaux sociaux. Ces directives ont été mises en place pour “refléter le principe fondamental de vérité dans la publicité, selon lequel les mentions doivent être honnêtes et non trompeuses”. Une mention doit refléter l’opinion honnête de l’auteur de la mention et ne peut pas être utilisée pour faire une déclaration que le distributeur du produit ne pourrait pas faire légalement”.

Au Canada, les directives concernant le marketing d’influence sont claires : les entreprises et les influenceurs doivent être transparents dans leurs publicités sur les médias sociaux. “Il est essentiel que les consommateurs puissent identifier facilement le contenu publicitaire sur les médias sociaux”.

« Lorsqu’ils explorent le marché numérique, les consommateurs se fient souvent aux opinions des influenceurs. Pour faire des achats éclairés, les consommateurs doivent savoir si ces opinions sont indépendantes ou sont en fait des publicités.

Assurer la véracité publicitaire dans l’économie numérique canadienne est une priorité du Bureau. » Matthew Boswell, commissaire de la concurrence.

Le côté éthique de la chose

Si vous acceptez des collaborations ou faites la promotion de produits que vous n’utiliseriez pas vous-même…vous trompez vos lecteurs. Vos savez, vos lecteurs, ces gens fidèles qui lisent votre blog jour après jour. Si vous êtes OK de mentir à tous ces gens qui font le succès de votre blog, alors vous avez un problème d’éthique qui va sûrement être la cause de votre futur problème légal.

OK, alors je fais comment ?

comment gérer les contenus sponsorisés pour Google

La prochaine fois qu’on vous envoie un produit à évaluer ou qu’on vous demande de collaborer avec une marque (il peut s’agir d’un article de blog, d’un partage sur les médias sociaux, d’un événement ou de toute autre demande similaire), faites ce qui suit :

Il faut divulguer la relation

Vos lecteurs doivent savoir qu’il s’agit d’un contenu sponsorisé. Le contenu sponsorisé n’a rien de mal : c’est grâce à lui que la plupart des blogueurs gagnent de l’argent. En général, cette information apparaît en haut ou en bas du message (le haut est préféré, car tous les lecteurs ne vont pas jusqu’à la fin). Si vous donnez la liste de l’article et le lien vers le site web du produit, vous devez également écrire “c/o” (avec l’aimable autorisation de) ou “doué”, pour que les lecteurs soient au courant. Vous devez être précis sur la manière dont vous avez été rémunéré, et ne pas vous contenter de dire “Ceci est un article sponsorisé”. Par exemple, dites “Ce billet est sponsorisé par la société X. J’ai reçu leur produit Y gratuitement pour l’essayer et voici mon avis”. Ou “J’ai été récompensé pour avoir essayé la crème pour le visage Z.”

Ne faites pas de l’article un pitch de vente

Si vous prenez juste des photos de vous en train d’utiliser ou de porter le produit et que vous écrivez deux phrases comme “J’adore ce haut de la marque X. Si confortable, profitez de 50% de réduction aujourd’hui”, quittez mon navigateur. Non seulement c’est ennuyeux, mais ce n’est pas un contenu de qualité aux yeux de Google. Ni aux yeux de qui que ce soit, en fait. Un article détaillé et bien écrit sera toujours plus performant dans Google.

Utilisez les balises “no-follow” lorsque c’est nécessaire

 Une balise de non-suivi est une courte balise HTML que vous placez dans votre code lorsque vous créez un lien vers un autre site web. Il existe deux types de liens : follow et no-follow. Les liens de suivi envoient à Google un signal indiquant que vous approuvez le site web vers lequel vous établissez un lien parce que vous l’aimez et que vous voulez le partager de manière organique, et NON parce que vous avez été payé pour le faire. L’ajout d’une balise “no-follow” lors de la création d’un lien vers l’entreprise d’un produit sponsorisé indique à Google de ne pas suivre ce lien. Il ne suffit pas d’avoir un avis de divulgation dans votre pied de page. Il ne suffit pas d’écrire “Je reçois parfois des produits en échange d’un avis” sur votre page “À propos”. Vous devez le faire régulièrement pour tous les contenus sponsorisés. Il ne suffit pas d’avoir une page ou une zone où vous divulguez cette information.

Comment savoir quels liens sont en No-Follow ?

Bien que nous ne soyons pas entièrement d’accord avec les mesures de répression de Google en ce qui concerne l’ajout de liens non suivis. Si on aime un produit ou une marque, on a tendance à créer un lien vers eux, que ce soit rémunéré ou non. Mais maintenant, pour être sûrs et ne pas être pénalisés, la plupart des liens seront maintenant en no-follow pour nous protéger. Cela inclut les liens vers des bannières publicitaires (pour d’autres blogueurs ou certaines entreprises), les mentions d’un produit qui vous a été offert gratuitement OU que vous avez été payé pour évaluer, etc. Si vous recevez une quelconque compensation (en produits ou en espèces) pour le message, il faut mettre cela en no-follow.

Les consignes officielles de Google sur la question

les instructions de Google pour les contenus sponsorisés

Si vous suspectez que quelqu’un utilise des liens sponsorisés payants de manière déloyale, il y a même un formulaire que vous pouvez remplir. 

Google fait évoluer l’attribut de lien “Nofollow

Depuis 2019, Google a annoncé qu’il ajoutait deux nouveaux attributs de lien afin de fournir aux webmasters des moyens d’identifier la nature d’un lien. Ces attributs sont les suivants :

  • rel=”sponsored” : Cet attribut doit être utilisé lorsqu’un lien est créé dans le cadre d’un parrainage, d’une publicité ou d’un accord de compensation
  • rel=”ugc” : Il s’agit de l’attribut User Generated Content (UGC), qui doit être utilisé pour les liens au sein du contenu généré par les utilisateurs.

Plusieurs attributs peuvent être utilisés en même temps. Par exemple, si un lien est trouvé dans le contenu du UGC et est également sponsorisé, rel=”ugc sponsored” est une combinaison valide d’attributs.

En cas d’utilisation accidentelle d’un attribut erroné, cela ne concerne que les liens sponsorisés. Par exemple, si un webmaster signale un lien non publicitaire comme rel=”sponsored”, cela signifie que le moteur de recherche pourrait ne pas créditer l’autorité du lien vers la page du destinataire. Google indique que les webmasters n’ont pas besoin de mettre à jour leurs attributs nofollow actuels.

Que se passe-t-il si l’entreprise me dit de ne pas divulguer la nature de la collaboration ?

L’agence et/ou la marque opèrent illégalement. Cela risque de leur retomber dessus. N’hésitez pas à leur envoyer les liens contenus dans cet article et laissez filer cette opportunité. Il vaut mieux que éviter que Google pénalise votre site web dans les résultats de recherche. Cela pourrait vous coûter plus cher que la rémunération pour une collaboration douteuse.