Marketing

C'est quoi une web story Google ?

On vous donne toutes les informations sur les Web Stories de Google.

Et si je vous expliquais ce qu'est une web story de Google avec un web story ? Voilà ce que ça donne !

Web Storie – How to – Test

Comment créer des web stories pour obtenir plus de trafic SEO

Les stories sont le format le plus populaire de 2020. Instagram les a empruntées à SnapChat, et maintenant LinkedIn, Twitter et YouTube s’y sont mis. Google a rejoint la tendance avec les Web Stories. Bien que les Web Stories ne jouissent pas de la même popularité que les Instagram Stories, les experts SEO peuvent utiliser ce format pour générer plus de trafic. Le fonctionnement est le même que la plupart des stories sur les réseaux sociaux :

Créez une Web Story pour vos articles les plus importants

  • Il suffit d’un tap pour avancer et reculer, 
  • de glisser vers le haut pour ouvrir une pièce jointe 
  • ou de glisser vers la droite pour passer à l'histoire suivante.

Comment faire la promotion de vos Web Stories ?

Les Web Stories vivent sur leurs propres mini-pages dans WordPress, et vous n'avez pas besoin de les intégrer ou de leur envoyer du trafic. Idéalement, on conseille d’utiliser ce format pour enrichir un article et donner envie aux lecteurs de consommer un contenu plus long. Selon Casey Markee de Media Wyse, les éditeurs voient déjà les résultats impressionnants pour leurs Web Stories aux États-Unis : “Markee, qui recommande aux blogueurs de créer des histoires pour leurs 3 à 10 premiers articles, déclare que "les résultats ont été fantastiques ... J'ai eu un blogueur qui a généré 20.000 clics de Google en UN JOUR à partir d'histoires".

Une Web Story, c’est comme la bande-annonce d’un film, mais pour votre contenu web. Il est question de produire une version courte et facile à consommer de votre contenu. Ce format ressemble à un diaporama hautement visuel qui résume l’article. C’est la même stratégie que la réalisation d'une fiche de recette ou d'une vidéo pour un billet de blog. 

Utilisez des liens hypertextes pour relier l'histoire aux passages clés de l'article

L'objectif est de conduire le lecteur là où il trouve le plus de valeur. En pratique, cela signifie créer un lien direct de chaque cadre de votre Web Story à la section pertinente de votre article.

Numéroter chaque étape

Numéroter chaque étape de la Story pour aider les utilisateurs à comprendre la position et augmenter la scannabilité du contenu.

Traiter un sujet de plusieurs angles

Vous souhaitez alimenter l'AI Google News avec un contenu qui apporte différents points de vue sur le sujet donné. De cette façon, vous pouvez capturer différents segments du public intéressé. Les histoires qui transmettent des informations sur un article sous un angle différent peuvent être très intéressantes. Exemple concret : "making of" pour une recette ou un article d'artisanat.

Intégrer des vidéos ou des animations

Utilisez des vidéos et des animations pour condenser le contenu complexe en courtes séquences.

Le nom de la Web Story compte

Il est important d'optimiser le titre de la page pour le référencement, mais il ne faut pas faire un copier coller du titre de votre article. La raison ? Google n’aime pas le contenu dupliqué. Il faut un nom qui contient votre mot clé principale mais qui n'est pas le nom de votre article. Ce titre sera vu par des humains dans Discover, au-dessus de l'image. 

Permettre à Google d’indexer votre Web Story

Je suggère d'ajouter des liens directs vers le Web Story à partir d’un article connexe, un sitemap.xml dédié aux Web Stories, un lien de navigation, et de relier vos Web Stories entre elles. En supposant que vous utilisiez un plugin comme Yoast pour générer des Sitemaps XML, vous devriez en avoir un pour Web Stories. Il se trouvera probablement sur yourblog.com/web-story-sitemap.xml.

Sinon, assurez-vous de configurer votre plugin SEO pour générer le fichier sitemap de vos stories pour ensuite le soumettre via Google Search Console.

Satisfaire les critères E-A-T (expertise, autorité et fiabilité)

Dans Web Stories, cela signifie être authentique, ajouter une référence à la date de publication, permettre aux utilisateurs de vous contacter, et comme le suggère Google, vous devez "être le protagoniste de votre propre histoire".

Les Web Stories sont un véritable défi pour les experts en référencement. Ce nouveau format nous pousse à sortir de notre zone de confort. Il faut maintenant penser en termes d’images, de storytelling, de vidéos plus qu’en termes de mots clés. 

On a adoré l’article d’Andrea Volpini qui explique comment utiliser les Web Stories pour augmenter le trafic du site WordLift. Il a obtenu 5x plus de trafic avec une approche similaire. 

Les bonnes pratiques

Les Web Stories ne sont pas disponibles dans tous les pays. Mais elles vont l’être sous peu. Toutes les bonnes pratiques SEO s’appliquent aussi aux Web Stories. Tout, de l'utilisation d'un texte alternatif à l'utilisation correcte de vos mots clés dans votre contenu, fera la différence. mais il y a quelques points qui méritent d'être discutés plus en détail. Google a définit des bonnes pratiques pour ce nouveau format, voici un récapitulatif :  

Qualité du contenu

Il est important de s'assurer que votre contenu est de haute qualité. Le contenu doit répondre aux critères d'utilité et de pertinence, tout en maintenant l'engagement des internautes. Cela se résume en grande partie à de bonnes techniques de narration et une emphase sur les contenus vidéos comme le conseille Google. 

Il faut donner la priorité au contenu vidéo selon Google...mais attention, les vidéos sont lourdes à charger.

Dans ses conseils de bonnes pratiques, Google recommande d'utiliser 10 à 20 diapositives, de garder le contenu par diapositive bref et de le garder visuel, avec beaucoup d'images et de vidéos qui remplissent l'écran. Les histoires qui ne comportent que 2 ou 3 diapositives et qui obligent le lecteur à se rendre sur le site web pour obtenir des informations utiles sur le sujet proposé ne sont PAS une bonne expérience pour l'utilisateur.

La lisibilité

  • Il faut éviter les pavés. Maximum 280 caractères par page. 
  • Le texte doit être lisible en tout temps : pas de texte incrusté dans les images et pas de contenu masqué par les images. 
  • Ne pas mettre trop d’animations partout ! Il faut être judicieux avec vos choix de GIFs animés au risque de lasser votre auditoire.
  • Les histoires doivent avoir un sens et avoir un début et une fin logiques.

Tenir compte des titres et des métadonnées

Le titre de vos Web Stories devrait idéalement avoir moins de 70 caractères, et pas plus de 90 caractères. Le titre doit être descriptif pour aider les utilisateurs à comprendre ce qu'ils vont consulter. 

  • Il faut fournir une meta titre
  • Une meta description, 
  • des données structurées
  • Des données Open Graph - Google conseille d’inclure og:image dans les balises <meta> afin d'améliorer la visibilité de la story. 
  • une carte Twitter. 

Il est important de garder à l'esprit que les Web Stories doivent suivre les directives de l'AMP sur les métadonnées. .

Crawl et indexation

  • Assurez-vous de ne pas avoir d'attribut noindex dans votre article, ou vous finirez par empêcher Google d'indexer votre page. 
  • Ajoutez vos articles à votre sitemap XML, en créant une section dans l'index de votre sitemap si nécessaire.
  • Utilisez les rapports "Index Coverage Report" et "Sitemaps Report" de la console de recherche Google pour voir si Google peut trouver les articles que vous avez publiés sur le Web. 
  • Si vous souhaitez que vos Web Stories apparaissent dans les résultats de recherche Google, vous devez également ajouter la prise en charge de l'affichage en mode paysage.
  • Le dernier point sur l'exploration et l'indexation est l'utilisation de balises canoniques. Les Web Stories doivent avoir une balise canonique auto-référencée. 
  • Pour les Web Stories publiées en plusieurs langues, utilisez vos meilleures pratiques habituelles en matière de hreflang afin de mieux servir les utilisateurs.

Tenir compte de l'accessibilité

  • Il faut ajouter des légendes à votre vidéo mais il est préférable d'éviter les légendes qui sont directement dans la vidéo. N'oubliez pas que les tailles d'écran diffèrent et qu'il faut donc utiliser une technologie capable de gérer des dimensions différentes.
  • Vous pouvez également ajouter du texte alternatif à vos images. Non seulement c'est bon pour l'accessibilité, mais vous pouvez aussi améliorer la découvrabilité. 
  • Google recommande de faire vos stories avec du HTML. Cependant, certains outils de l'éditeur de Web Stories peuvent exporter une story avec le texte directement dans la vidéo. Dans ce cas, il faut ajouter le texte précis qui s'affiche dans la vidéo en tant qu'attribut title dans l'élément amp-video. Ce n’est à utiliser que si vous ne parvenez pas à utiliser le balisage sémantique dans vos Web Stories.            

Vous souhaitez donner aux utilisateurs des informations supplémentaires en plus de la Web Story ?

Vous pouvez utiliser les pièces jointes de la page de l'AMP story, qui vous donneront la possibilité de fournir ce contenu supplémentaire. Il peut s'agir d'éléments comme des détails supplémentaires, une plongée en profondeur dans un sujet, ou même simplement les prochaines étapes du voyage de l'utilisateur. 

Intégrer vos Web Stories à votre site web

Vous pouvez faire référence à une Web Story depuis une page dédiée aux Web Stories. 

Google a modifié son rapport de performance en ce qui concerne la publication de vos articles sur le Web. Ce changement pourrait entraîner une augmentation du nombre d'impressions et de clics de Google Discover sur vos histoires Web.

Les critères dont personne ne parle

  • Pas de fond avec un logo dedans. Il faut ajouter le logo en image dans un layer
  • Les SVG ne sont pas acceptés
  • Les images pixelisées ne sont pas acceptées non plus. 
  • Il faut avoir un bon scénario. Google n’autorise pas les Web Stories qui ne suivent pas de fil conducteur d'une page à l'autre. 
  • On peut sauvegarder des couleurs hyper vite pour les utiliser dans le reste des pages
  • On ne peut pas utiliser les Web Stories comme un teaser vers un contenu sur une autre plateforme.

Pour les curieux, voici le règlement relatif au contenu des Web Stories sur Google

Bonnes pratiques techniques

Introduction

Les Web Stories sont un excellent moyen de communiquer avec les utilisateurs grâce à des visuels simples et en plein écran. Elles mènent les utilisateurs à s'engager dans le contenu. Voici les avantages tirés d’un document de Google.

  1. Un format éditorial ou journalistique de haute qualité. 
  2. Pas de date d'expiration. Une fois publiée, votre Web Story ne devient pas caduque comme celle d’Instagram. Vous pouvez publier une histoire, et elle restera en ligne aussi longtemps que vous le souhaitez.
  3. Votre propriété à vous. Vous hébergez et possédez vos Web Stories. Au lieu de les publier sur une application ou une autre plateforme et de perdre vos droits, vous restez 100% propriétaire de vos droits d'auteur et de votre contenu. 
  4. Pas de restrictions éditoriales car pas de termes et conditions d’utilisation Facebook ou autre. C’est votre propriété !
  5. Un contenu monétisable : contrairement à Facebook, les revenus publicitaires générés par votre contenu vous sont reversés.
  6. C’est comme une page web responsive: accessible à tout moment, depuis n’importe quel navigateur. Pas besoin d’une application pour les voir comme IG ou FB. Bonus : tout comme une page web, on peut la mettre à jour et ajouter des éléments au fur et à mesure. 
  7. On peut en créer de différentes manières avec les outils répertoriés sur stories.google.com. Elle sont hautement personnalisables au niveau des animations, polices de caractères et du code CSS.  
  8. Les Web Stories sont indexées par Google. C’est excellent pour le SEO car on peut y mettre des liens. Il n'y a pas de friction pour accéder au contenu dont vous avez besoin ou pour dire "lien dans la biographie". On peut facilement accéder à tout.
  9. On peut intégrer des éléments interactifs comme des quiz et des sondages. 

Pour en savoir plus sur les Web Stories, consultez le site officiel de Google

Pourquoi créer des Web Stories?

Je m'attends à ce que davantage de sites web soient créatifs avec ce nouveau format. Cela va donner plus de visibilité aux marques sur le flux Google Discover. Je ne suis pas la seule d’ailleurs; Kevin Indig s’enligne sur le même type de prédiction. My Growth predictions for 2021. Une étude récente par Backlinko a révélé que 97,6 % des résultats de Google contiennent au moins un élément additionnel dans le résultats (une feature SERP). Cela veut dire que de plus en plus de gens trouvent ce qu’ils cherchent directement dans Google. Plus besoin de cliquer sur les résultats. Google passe du moteur de recherche à un moteur de découverte. Le géant de la recherche a annoncé publiquement que l'un de ses objectifs pour les 20 prochaines années est de "passer des réponses aux découvertes". Les fonctionnalités et produits qu'ils ont mis en place pour soutenir cette initiative comprennent Google Lens, Google Discover et Google Web Stories.

Les Web Stories sur WordPress

Web Storie – How to – Test

Dans un article publié sur son blog, Google a décrit quelques changements importants qu'il apporte au plugin WordPress. En voici les grandes lignes :

  • Google introduit de nouveaux gabarits, spécialement conçus à des fins éditoriales.
  • On peut intégrer les GIFs. Un GIF bien utilisé permet d’établir une connexion avec votre audience.
  • L’accessibilité est importante : il est facile d'ajouter des légendes à vos Web Stories pour les rendre plus accessibles au plus grand nombre de gens. 

Pour le moment, les Web Stories sont assez rares mais elles commencent à devenir de plus en plus populaires. Les SEO doivent optimiser de plus en fonction du comportement des utilisateurs et non pas seulement en fonction des mots clés. Il faut penser de moins en moins en termes de positions et de plus en plus en termes de découvrabilité pour inciter les utilisateurs à découvrir votre marque. Voici aussi la documentation officielle pour le plugin WordPress fait par Google.

Google souhaite également que les éditeurs créent une page de destination distincte pour les Web Stories, comme un répertoire qui linke vers les stories. Ce répertoire doit être accessible depuis la page d’accueil de votre site, idéalement selon le géant de la recherche.  WordPress offre une page de destination par défaut. De plus, WordPress permet de personnaliser les types d'articles (par exemple yourblog.com/web-stories).

Certaines mises en garde techniques communes pour WordPress

  • Si les éditeurs ne font pas remplir le schéma d'organisation dans Yoast, Web Stories ne sera pas validé.
  • Si vous utilisez la médiathèque de WordPress pour télécharger des vidéos pour vos Web Stories, faites attention à ne pas consommer trop de ressources d'hébergement. La vidéo utilise beaucoup de stockage et de bande passante. 
  • Si les sites web fonctionnent avec WP Rocket, vous aurez besoin de la version 3.7.5 ou d'une version ultérieure. Sinon, vous devrez aller sous "Advanced" et "Caching" pour exclure les histoires Web de la mise en cache. En principe, les éditeurs peuvent coller ce qui suit dans la rubrique "Ne jamais mettre en cache les URL" - /web-stories/(.*)
  • Assurez-vous que vous utilisez la version la plus récente de Web Stories afin de limiter les erreurs potentielles.
  • Suivi les performances dans Google Analytics. Le plugin Web Story vous permet de saisir votre identifiant Google Analytics et d'insérer automatiquement le code de suivi qui vous convient.

Où trouver les web stories ?

Initialement appelés AMP Stories, les Web Stories sont des expériences mobiles en plein écran qui peuvent apparaître dans Google Search, Google Images et le flux Discover.

  • Les Web Stories peuvent apparaître sur Google Discover sur Android et iOS sur la dernière version de l'application Google ; elles apparaîtront dans le carrousel en haut du flux. Pour en savoir plus, consultez l’article de Deep Crawl
  • Elles peuvent également être incluses dans la vue en grille sur Google Search, mais uniquement en anglais aux États-Unis. Une requête de recherche qui pourrait déclencher un article sur le web pourrait être quelque chose comme "choses à faire à New York", avec du contenu provenant de plusieurs éditeurs apparaissant dans la grille.
  • Enfin, dans toutes les régions et langues où Google Search est disponible, les utilisateurs peuvent également trouver des Web Stories dans Google Images. La carte d'images apparaît avec l'icône de Web Stories. Glenn Gabe a indiqué sur Twitter que les Web Stories sont également visibles dans Google Images, ce qui en fait un moyen unique de servir du contenu aux utilisateurs. Il y a beaucoup d'opportunités ici du point de vue de l'optimisation du CTR !

Et la pub dans tout ça ? Story Ads

En 2019, les Stories sur Facebook, Whatsapp et Instagram attiraient chacune plus de 500 millions d'utilisateurs actifs par jour. Google voit le potentiel et lance l’achat d’annonces pour le Web Stories en beta. Les annonces de Google Web Stories sont désormais disponibles via le réseau Display. 

  • Les éditeurs peuvent vendre des annonces dans leurs Google Web Stories via Ad Manager et AdSense. Il faut ajouter la balise <amp-story-auto-ads> dans les Web Stories. 
  • La diffusion des annonces dans les Web Stories est gérée de manière dynamique "pour optimiser à la fois l'expérience de l'utilisateur et le potentiel de monétisation", explique Google, ce qui signifie que les éditeurs ne peuvent pas contrôler l'emplacement des annonces dans leurs Stories.
  • Pour les annonceurs, l'inventaire des Story Ads sera disponible via le Réseau Display et via d’autres partenaires comme Taboola.

Taboola Stories

Taboola Stories permet aux éditeurs d'intégrer des articles dans leurs pages d'accueil et dans la version mobile du site global. L'outil permet aux lecteurs de prévisualiser les articles du site de l'éditeur dans un affichage vertical, convivial pour les mobiles. Selon l’entreprise, ce nouvel outil va augmenter le temps passé par les visiteurs sur un site. La société le présente également comme un moyen pour les éditeurs d'augmenter leurs revenus publicitaires. 

Comparé aux Stories sur les médias sociaux, Taboola Stories offre des formats similaires, mais dans le contexte d’un contenu éditorial de haute qualité. "Nous combinons le meilleur de deux mondes, ce qui permet aux éditeurs de maintenir plus facilement l'intérêt des lecteurs et leur permet de découvrir plus de contenu et de promouvoir les recommandations des annonceurs qu'ils pourraient aimer", explique Adam Singolda, PDG de Taboola.

Mediavine donne quelques mises en garde

En bref, elles ne seront pas aussi monétisées qu'un billet de blog ordinaire. - Mediaviane

Mediavine est une régie publicitaire qui offre des placements publicitaires sur les Web Stories. Si vous recevez un trafic important sur vos Web Stories et que vous souhaitez nous aider à tester les annonces Mediavine qui y figurent, envoyez un courriel à publishers@mediavine.com. En attendant, voici leurs conseils :

  • Comme les autres publicités AMP, les Web Stories seront diffusées sur le domaine de Google et échappent largement à notre contrôle. Nous ne pouvons pas fournir la totalité des enchères publicitaires de Mediavine ni utiliser des éléments tels que les données de première partie, etc.
  • Il s'agit d'annonces spécialisées, en plein écran. Elles sont actuellement peu demandées, ce qui signifie que les revenus publicitaires sont moindres que les publicités habituelles offertes par Mediavine.
  • C'est Google, et non Mediavine ou l'éditeur, qui contrôle le placement de ces annonces, et elles n'apparaissent qu'après sept diapositives, ce qui signifie généralement une seule annonce par Story.

Mesurer le ROI

Mesurer les Web Stories dans Google Discover

Google a déclaré que cela pourrait entraîner une augmentation de vos données Google Discover. Donc si vous faites beaucoup de Web Stories, c'est quelque chose à surveiller et à documenter ou à annoter dans vos analyses. 

Via Google Search Console

Google a déclaré précédemment que si un internaute clique sur une Web Story depuis Google Discover, puis continuait à partir de là vers d'autres Web Stories, seule la première Web Story était créditée d'une impression et d'un clic. À partir du 16 février 2021, tout autre Web Story atteint à partir d’une première Web Story dans Discover sera également crédité d'une impression et d'un clic dans le rapport de performance pour Discover au sein de Google Search Console. 

Via Google Analytics

Il ne s'agit pas vraiment de votre trafic jusqu'à ce qu'ils quittent l'expérience Web Story et arrivent sur votre site, donc ne le comptez pas comme tel. Si vous combinez les histoires avec votre analyse principale, vous verrez un afflux d'utilisateurs qui ne sont pratiquement pas monétisés. 

Si vous faites un tableau de bord Google Analytics, il faut éviter que le paramètre URL de suivi des Web Stories ne casse votre tableau de bord au niveau des pages, vous devez configurer votre profil d'analyse de manière à ignorer le paramètre suivant : _gl .

Conclusion

Les mises en œuvre actuelles se concentrent sur les courtes durées de vie et des barrières à la création très faibles. Résultat : les contenus ne sont pas nécessairement fantastiques. Google veut mener le format au-delà de son contexte actuel pour en faire un contenu pilier du paysage médiatique sur internet au même titre que les podcasts ou les vidéos. C'est moins compliqué à réaliser qu'une vidéo et c'est plus engageant qu'un contenu texte alors on aime ça ! 

Vous en voulez plus ? Voici d'autres lectures